Abstract

One of the enduring public health challenges confronting British colonial officials in colonial Ghana was the management of sanitation and public hygiene. Colonial officials charged that many Gold Coast communities presented sanitary challenges that posed a risk to public health. Thus, the need to ensure the sanitation of Gold Coast communities was one of the earliest preoccupations of the British colonial administration. Yet, many scholarly works on sanitation and public hygiene in colonial Ghana, in particular, and colonial Africa have focused mainly on urban areas. This article, thus examines how the British colonial administration managed sanitation and public hygiene in rural communities, mining towns and adjoining villages in southern Gold Coast. The article reveals that the colonial administration's attitude towards sanitation and public hygiene in rural and mining communities was passive and did not consider the management of sanitation in these areas as an important function of the colonial administration. Instead, sanitation and public hygiene work in rural communities were devolved to local chiefs who could hardly mobilize enough resources to address the many sanitary challenges. In mining areas, the task was assigned to mine managers whose commitment to ensuring proper sanitary arrangements within their African mining camps remained half-hearted.

Résumé

La gestion de l'assainissement et de l'hygiène publique était l'un des défis persistants en matière de santé publique auxquels étaient confrontés les responsables coloniaux britanniques dans le Ghana colonial. Les responsables coloniaux ont accusé de nombreuses communautés de la Gold Coast de présenter des problèmes sanitaires posant un risque pour la santé publique. Ainsi, la nécessité d'assurer l'assainissement des communautés de la Gold Coast fut l'une des premières préoccupations de l'administration coloniale britannique. Pourtant, de nombreux travaux scientifiques sur l'assainissement et l'hygiène publique dans le Ghana colonial, en particulier, et dans l'Afrique coloniale se sont principalement concentrés sur les zones urbaines. Cet article examine ainsi comment l'administration coloniale britannique a géré l'assainissement et l'hygiène publique dans les communautés rurales, les villes minières et les villages voisins du sud de la Gold Coast. L'article révèle que l'attitude de l'administration coloniale envers l'assainissement et l'hygiène publique dans les communautés rurales et minières était passive et ne considérait pas la gestion de l'assainissement dans ces zones comme une fonction importante de l'administration coloniale. Au lieu de cela, le travail d'assainissement et d'hygiène publique dans les communautés rurales a été confié aux chefs locaux qui pouvaient difficilement mobiliser suffisamment de ressources pour relever les nombreux défis sanitaires. Dans les zones minières, la tâche a été confiée à des directeurs de mines dont l'engagement à assurer des conditions sanitaires adéquates au sein de leurs camps miniers africains manquait de conviction.

You do not currently have access to this content.