Abstract

British imperialism bequeathed sports to former colonies. In the immediate postwar period, colonial bureaucrats intensified the modernization agenda in many of their colonial territories. The institution of horse racing was associated with the upper echelons of society in many colonies. In colonial Asante, the royals and capitalists of Kumase established the Ashanti Turf Club as the first public limited liability company in the history of horse racing in Ghana. Horse racing in Kumase started with the active encouragement and patronage of the king of Asante (Asantehene). The Kumase royals and capitalists embraced the middle-class culture and bought shares in the Turf Club. The practice of betting linked the working-class to racing. Horse racing played a significant social role in Asante society by keeping residents entertained at the weekends. This article examines the Ashanti Turf Club Limited within the context of the modernization of postwar Asante. It shows how the history of horse racing in Kumase provides a lens to understand how Africans embraced middle-class culture and colonial modernity.

Résumé

L'impérialisme britannique a légué le sport aux anciennes colonies. Dans l'immédiat après-guerre, les bureaucrates coloniaux ont intensifié le programme de modernisation dans nombre de leurs territoires coloniaux. L'institution des courses de chevaux était associée aux échelons supérieurs de la société dans de nombreuses colonies. Dans l'Asante coloniale, la famille royale et les capitalistes de Kumase ont créé l'Ashanti Turf Club, la première société publique à responsabilité limitée de l'histoire des courses de chevaux au Ghana. Les courses de chevaux à Kumase ont commencé avec les encouragements et le patronage du roi d'Asante (Asantehene). Les membres de la famille royale et les capitalistes de Kumase ont adopté la culture de la classe moyenne et ont acheté des actions du Turf Club. La pratique des paris a lié la classe ouvrière aux courses. Les courses de chevaux ont joué un rôle social important dans la société Asante en divertissant les résidents le week-end. Cet article examine l'Ashanti Turf Club Limited dans le contexte de la modernisation de l'Asante d'après-guerre. Il montre comment l'histoire des courses de chevaux à Kumase fournit une perspective pour comprendre comment les Africains ont adopté la culture de la classe moyenne et la modernité coloniale.

You do not currently have access to this content.