Abstract

Ghanaian elections in the Fourth Republic demonstrate clear regional patterns. The National Democratic Congress (NDC) wins the vast majority of the vote in Volta Region, the New Patriotic Party (NPP) earns its largest victories in Asante Region, and the remaining eight regions are more competitive. This article explores the genesis of these patterns and finds that they first revealed themselves in Ghana’s Second Republic when two ethnopolitical groups who had fought Nkrumah’s nationalizing efforts took advantage of their organizational capacities. They adopted the ideological labels of the First Republic to fill the political vacuum left by the departure of the country’s popular independence leader. This nuanced reading of Ghana’s partisan history stands in contrast to both popular contemporary accounts and predictions raised in the literature on the creation of party systems.

Résumé

Les élections ghanéennes sous la IVe République montrent des schémas régionaux clairs. Le Congrès national démocratique (NDC) remporte la majorité des voix dans la région de la Volta, la Nouveau Parti patriotique (NPP) remporte ses plus grandes victoires dans la région d’Asante et les huit régions restantes sont plus compétitives. Cet article explore la genèse de ces modèles et constate qu’ils se sont d’abord révélés dans la deuxième République du Ghana lorsque deux groupes ethno-politiques qui avaient combattu les efforts de nationalisation de Nkrumah ont tiré profit de leurs capacités organisationnelles de ces derniers. Ils ont repris à leur compte les idéologies de la Première République pour combler le vide politique laissé par le départ du leader indépendantiste du pays. Cette lecture nuancée de l’histoire partisane du Ghana contraste avec les récits et prédictions populaires contemporains soulevés dans la littérature sur la création des systèmes de partis.

The text of this article is only available as a PDF.
You do not currently have access to this content.